Partager

Mission

La rédactrice en chef de La Libre Essentielle m’a envoyée à Biarritz afin de remplir ses pages évasion. Le but était de ramener un maximum d’informations sur cette destination de voyage, en adéquation avec la cible du média : des femmes haut de gamme d’un certain âge.

Méthode

J’ai pris énormément de notes et de photos. J’ai cherché ce qui était le plus pertinent pour les lectrices.

Résultat

L’article a été diffusé dans le n° d’octobre 2011, vous pouvez le lire ci-dessous en page 34 ou le découvrir sur le site de essentielle.be.

Je vous colle aussi l’article ici :

EVASION : BIARRITZ LA VILLE «SPORT CHIC»

Le temps est comme suspendu. Un rêve d’enfant : pénétrer dans un Palace. Celui de Biarritz, décoré le 4 mai 2011 du titre d’un des huit Palaces français, m’a gracieusement ouvert ses portes le temps d’un week-end. Entre mer et montagne, cette destination royale et impériale n’a pas de place pour l’approximation, et ce depuis plus d’un siècle. Tout reste parfait et innovant pour que le visiteur puisse pleinement se ressourcer.


Texte : Claire Huysegoms

 

Biarritz, jumelée avec Ixelles ?! Mes recherches d’avant le départ m’auront au moins appris cette information surprenante… Sur place, j’en découvre davantage. D’abord, l’architecture de la ville balnéaire : un mélange de style très réussi. On retrouve des maisons médiévales ou anglo-normandes. Les gens voulaient briller dans leur maison, cela se voit. Les couleurs rouge sang de bœuf et bleu d’Arcangues prédominent. Puis, rapidement, je me retrouve nez-à-nez avec lui. Le Palace. Face au phare qui illumine ses façades – classées au patrimoine français – son style « Belle Époque » éblouit. Un mélange de néo-gothique, de néo-renaissance, d’Art-Déco, et d’Art-Nouveau. Un romantisme étonnant.

L’HÔTEL DU PALAIS  : LA VITRINE DE BIARRITZ

Smoking obligatoire à table. Premier soir, le ton est donné. Le Directeur-Général tient à ce que l’ordre règne. À l’Hôtel du Palais de Biarritz, l’élégance est le maître-mot. Issue d’une tradition de respect de certaines valeur, et plus largement à une éducation, cette manière de vivre est un des piliers de cette maison tenue par Jean-Louis Leimbacher. Me voilà prévenue.

Dégustation face à la mer, à la Rotonde, un des trois restaurants du Palace. Les colonnes, les hauts plafonds et le mobilier Napoléon III, me plongent dans le Second Empire. À cette époque où une jeune femme, prénommée Eugénie, amoureuse des plages de son enfance, inspira à son époux, Napoléon III, la construction d’un Palais en 1854, d’abord intitulé « La Villa Eugénie ». Ce soir, j’imagine comment cela devait être… Cette vie insouciante et raffinée. Ces fêtes où le champagne devait couler à flot en envoûtant tout le gotha international venu se ruer dans cette ville devenue célèbre grâce à la princesse Eugénie.

Tout en découvrant la cuisine raffinée de Jean-Marie Gaultier et de sa brigade, je déguste ce moment. Un spectacle vivant et actuel, celui du va-et-vient des surfeurs en vitrine face à moi, s’offre à table. Entre moments d’attente, suivis d’actions, je me laisse flotter par cette ambiance feutrée « sport chic », face à l’Océan Atlantique.

Biarritz est effectivement connue pour ses vagues exceptionnelles. Ainsi que pour ses nombreux terrains de golf, qui attirent les amateurs comme les pros. Nicolas Colsaert – le premier Belge depuis Philippe Toussaint en 1974 à remporter un tournoi européen – y perfectionne régulièrement son swing. Le sport, source de bien-être, est partout à Biarritz et se marie très bien aux nombreuses boutiques de luxe, concentrées dans le quartier du Palais.

J’AI POUR MOI LES VENTS, LES ASTRES ET LA MER, DEVISE DE BIARRITZ

ORDRE, CALME ET BEAUTÉ

L’envie de vous affronter aux vagues, de profiter des randonnées ou de rallyes 4×4 ne vous tente pas ? Pour vous faire du bien, nul besoin de quitter le Palais. Le Spa Impérial, ce petit paradis qui me fait de l’oeil du bout du couloir, tient toutes ses promesses. Des espaces dédiés au bien-être regorgent de propositions : fitness, bains, détente et solarium. L’écrin Guerlain chouchoute ses visiteurs à l’aide de produits très prestigieux. De nombreuses formules sont proposées (soin asiatiques : Shiatsu, ayurvédique, Japonais ou encore soin Orchidée Impériale à l’action anti-âge raffermissant et détoxifiant, etc.). L’Institut du cheveu Leonor Greyl analyse aussi vos cheveux à l’aide d’une… caméra, pour leur apporter le soin spécifique dont ils ont besoin. Ces deux espaces sont entièrement privatisés pour les clients, accueillis comme des stars.

Star ou pas, le respect de la tranquillité est primordial à Biarritz. Il m’a été rapporté que notre Roi Albert II y viendrait régulièrement. Mais pour les autres personnalités connues, silence, nous n’en saurons rien… Les secrets people sont bien gardés ici. Notamment à l’Hôtel du Palais. Comme l’explique Jeanne Marchetti, Directrice des lieux en tandem avec M. Leimbacher depuis 22 ans, « tout est fait pour que les visiteurs se sentent comme chez eux, comme un lieu où ils viendraient se reposer. Les gens ne viennent pas ici pour se montrer, mais pour se relaxer ».

Les charmantes attentions du personnel (300 personnes) résonnent encore dans mes oreilles, comme un appel généreux à la sérénité. « Venez ici poser tous vos soucis, on s’occupe de tout », tel est le message qu’on lit à travers leur ligne de conduite : l’excellence et la bienveillance, loin des tentations de verser dans le bling-bling. Une interprétation de la notion de luxe, toujours d’actualité.

 

 

QUELQUES ACTIVITÉS CULTURELLES À BIARRITZ :
Musée de la Mer, Musée historique de Biarritz, Le Musée d’art oriental Asiatica, Musée du chocolat, La Chapelle Impériale, Ballets Biarritz et la Cité de l’Océan et du Surf.

INFOS PRATIQUES :
Hôtel du Palais, Imperial Resort and Spa
1, av. De l’Impératrice
64200 Biarritz
Tél. 00 33 5 59 41 64 00
www.hotel-du-palais.com
Membre de «The Leading Hotels of The World».

Claire Huysegoms


Partager