Dans les yeux de mon père : Knokke

Mon père, comme moi, ou plutôt moi comme lui, aimons la photographie ! Après avoir suivi ensemble une réactivation de notre passion commune via les Vagabondages photographiques nous avons lancé cette série “Dans les yeux de mon père : …”. Après Pairi Daiza, Knokke est passé sous l’objectif de mon père.

Voici les derniers clichés de mon père, Paul Huysegoms, pris en décembre 2017 lors de vacances familiales à la mer, à Knokke. Du 20 au 26 décembre 2017, nous nous sommes en effet rendus en famille à Knokke, en Belgique. Cette escapade iodée était prévue de longue date. La maison louée grâce au système airbnb était tout a fait confortable et pratique grâce à la domotique. Le temps était de manière général très belge.

Et vous, appréciez-vous prendre ou regarder des photos de la mer ? Quels sont vos destinations préférées ? Merci  🙂

Vidéo : promotion 20 km de Bruxelles pour l’asbl Gratte

Voici une vidéo que j’ai réalisée pour l’asbl Gratte.

Le but était d’encourager les jeunes à participer aux 20km de Bruxelles.

Dans les yeux de mon père : Pairi Daiza

dans les yeux de mon pere_pairi daiza_lionne1

Mon père, comme moi, ou plutôt moi comme lui, est passionné de photographie ! Voici ses derniers clichés, pris mercredi 1er novembre lors d’une visite familiale dans le parc animalier Pairi Daiza.

Cet article sera peut-être le premier d’une série, celle des photos de mon père, Paul Huysegoms. Cette semaine, nous nous sommes rendus en famille à Pairi Daiza. Le soleil a rendu possible quelques belles photos dans ce parc animalier décoré en ce moment aux couleurs et ombres d’Halloween.

C’était l’occasion de poursuivre la réactivation de notre passion commune pour la photographie amorcée grâce aux Vagabondages photographiques. Récemment, nous avons en effet bénéficié d’un cours photo en pleine nature.

Personnellement, à Pairi Daiza, je me suis surtout gavée d’images dans mon cerveau : des loutres hyperactives, des chauves-souris entassées dans une crypte qui jouent à me frôler les cheveux, des lionnes fièrement au repos et pleins d’enfants déguisés et émerveillés ! J’ai toutefois réalisé quelques photos.

MES PHOTOS :

 

PHOTOS PAUL HUYSEGOMS :

Mon père était lui bien équipé avec son télé-objectif. Voici quelques-une de ses photos, vous les trouvez comment ? 🙂

Facebook et sa fonctionnalité “Explore” : un vent de panique et des pistes de solutions

facebook explore analyse claire huysegoms

Facebook prévoirait encore de changer nos petites habitudes d’accès aux informations. Le géant des réseaux sociaux est en train de tester “Explore” dans différents pays. Si cette fonction sera activée, les propriétaires de pages Facebook devront débourser pour simplement apparaître dans le quotidien des utilisateurs. Et tant pis pour les autres. Petite analyse et conseils. 

Actuellement, la plupart des flux d’actu sur Facebook ressemblent à un agglomérat de pubs, de posts de pages, de propositions d’événements, d’humeur/photos de plats #sohealthy de vos amis et bien entendu… d’adorables bouilles de bébés 🙂

La nouvelle fonctionnalité de Facebook en test : “Explore”

Cela ne va peut-être plus durer. Facebook teste actuellement dans différents pays tels que le Sri Lanka, la Bolivie, la Slovaquie, la Serbie, le Guatemala et le Cambodge une nouvelle manière d’organiser les infos. Celles venant de nos amis et de notre famille seront cantonnées à un endroit bien distinct du reste. Seuls les médias/organismes ayant les moyens pourront y faire une apparition très précieuse pour atteindre leurs objectifs.

Les propriétaires de Pages devront en effet payer pour que leurs posts s’affichent dans le fil d’actu principal de ceux qui les suivent déjà. Ce flux deviendra the place to be. Car c’est celui où les utilisateurs passent la plupart du temps quand ils sont connectés à Facebook.

Cette audience – Facebook l’a bien compris depuis longtemps – est une source miraculeuse de revenus. Si cette nouvelle fonctionnalité sera activée dans notre pays, atteindre cette audience deviendra automatiquement payant pour les publicitaires.

La loi du plus riche

En parallèle, dans l’espace “Explore”, qui existe déjà en réalité, vous serez invité à explorer plus loin que ce que vos amis publient. C’est là que vous pourrez accéder à toutes les actus des pages que vous suivez par exemple. Et pour les marques qui communiquent aussi via des pages mais qui n’ont pas les moyens de payer Facebook pour chaque post, c’est donc là qu’elle se retrouveront.

Pas d’argent ? Hors du flux principal s’il-vous-plaît ! Allez hop, va dans Explore petit pauvre 🙂

Résultats des tests : le reach dégringole

Un bon reach, (l’engagement) c’est un peu le graal de tout community manager. Cette donnée suivie de près représente le nombre d’internautes ayant vu la publication sur leur fil d’actualité. Le reach peut être de deux natures :

  • organique si la marque ne passe pas un format publicitaire payant, si l’audience se crée naturellement
  • payant si des publicités ont été créées pour augmenter l’audience

En Slovaquie, après avoir installé la nouvelle fonctionnalité, le reach des grands médias a été divisé par quatre ! Je vous laisse deviner la panique qui a suivie pour tous les médias… 

Conseil : diversifiez votre communication !

En tant que marque, association, personne publique, média, etc. : être sur Facebook est indispensable. Mais vu l’appétit grandissant de Mark Zuckerberg et de ses potes, outre mettre de l’argent de côté, il vaut mieux aussi veiller à diversifier sa communication.

Soigner son image, fidéliser vos cibles, atteindre vos objectifs peut se faire via d’autres moyens que Facebook. Voici quelques autres pistes :

  • Etre présent sur les autres réseaux sociaux qui comptent : Instagram, Twitter, LinkedIn et Snapchat
  • Alimenter un site Internet agréable et complet, penser au mobile
  • S’assurer une bonne place dans Google Search via un bon référencement
  • Réaliser des publicités sur Google
  • Proposer une agréable newsletter
  • Être présents dans les médias classiques : tv, radio, presse écrite
  • Réaliser des spots radios
  • Organiser des événements, des rencontres
  • Faire du placement de produits dans des émissions, des films, etc.

Bref, ne pas tout miser sur Facebook et être créatif ! Si vous avez des questions ou commentaires, n’hésitez pas !

Plus d’infos :

Facebook prend un virage qui inquiète les médias

Clarifying Recent Tests

Facebook explores, publishers panic

Vagabondage photographique avec Bénédicte Maindiaux

Vagabondages-photographiques-Benedicte-Maindiaux_foret_paysage

S’aérer en groupe tout en apprenant à développer votre âme de photographe, voici ce que proposent les Vagabondages Photographiques, animés par Bénédicte Maindiaux. Résumé d’une agréable balade lors d’un dimanche d’automne à travers la majestueuse fôret de Soignes. 

Parmi le flux d’infos Facebook, j’ai été attirée par un événement hors du commun : une balade dans la forêt afin d’apprendre à capturer de meilleurs clichés. Le rendez-vous de Vagabondages photographiques était fixé à DROH!ME, le nouveau modèle de parc de loisirs actifs multigénérations situé sur le site de l’ancien Hippodrome d’Uccle-Boitsfort, à Bruxelles.

L’animatrice des Vagabondages photographiques, Bénédicte Maindiaux, photographe professionnelle, nous a chaleureusement accueilli. Ensuite, la belle équipe armée d’appareils photos ou de smartphones s’est mise en marche.

Le décor : la forêt de Soignes, en automne, entre deux averses et quelques mignons rayons de soleil.

L’objectif : apprendre à mieux utiliser nos appareils, à travailler notre regard et acquérir quelques trucs et astuces de la part d’une pro de la photo. Le tout en s’aérant dans l’une des plus grandes forêts périurbaines d’Europe !

Lors de cette charmante promenade, j’ai découvert que je possédais une petite merveille entre mes mains : un compact expert, le Fujifilm X30.

Maintenant, c’est décidé, j’arrête de shooter tout le temps en mode automatique !

Grâce à Bénédicte Maindiaux et son concept de Vagabondages Photographiques que je vous conseille, j’ai pu réactiver et accroître mes connaissances en photo. Parce qu’au final, entre lire toute seule des infos sur le web ou les recevoir de vive voix lors d’une balade en plein air par une coach bienveillante et pédagogue, il n’y a pas photo ! (elle était facile celle-là 🙂 )

Je vous invite à découvrir ce vagabondage photographique en images :

Plus d’infos :

Page Facebook des Vagabondages Photographiques

Site des Vagabondages Photographiques

Chômage de la Meuse : activité gratuite insolite

chomage de la meuse

Tous les cinq ans, il est possible de vivre une expérience unique à Yvoir dans la province de Namur : le chômage de la Meuse. Les eaux de la Meuse mises à sec permettent de “marcher sur l’eau” jusqu’au 16 octobre 2017.

L’opération intitulée “le chômage de la Meuse” vise à accomplir un entretien, en automne car le lit du fleuve est le plus bas à ce moment. L’ouverture lente des neuf barrages de la Haute-Meuse provoque la baisse du niveau de l’eau. Le fleuve se retrouve ainsi joliment dépouillé tous les cinq ans. Cette manoeuvre permet aux bienveillantes autorités d’entretenir l’infrastructure, de réparer les berges, de vérifier l’état des portes de certaines écluses, d’installer de turbines électriques et de recenser les poissons.

Un instant d’émerveillement pour tous

Ce dimanche, je me suis baladée dans cette sorte de plage de galets, tout comme de nombreux curieux. L’espace est assez grand. Chacun pouvait découvrir à son rythme, le sourire aux lèvres et les bottes aux pieds, la beauté de ce décor atypique.

L’après-midi, la luminosité changeante offrait d’intéressants jeux de reflets scintillants comme métalliques. Quelques chiens, gorgés d’adrénaline, couraient avec joie en faisant gicler l’eau tout autour d’eux. Certains enfants trouvaient avec fierté des coquillages et d’autres s’entraînaient à faire des ricochets – bon, moi aussi en fait 😉 .

Le chômage de la Meuse dégageait une ambiance douce, surréaliste et poétique !

Le chômage de la Meuse en pratique

Vous avez envie de découvrir le terrain de jeu du chômage de la Meuse ?
Vous pouvez le faire quand vous le désirez, jusqu’au 16 octobre.
Adresse où je me suis rendue : Rue Grande, 5530 Yvoir.
Vous pouvez aussi explorer l’île d’Yvoir : Rue de la Gare 6/Z, 5530 Yvoir
Une balade historique est aussi organisée le dimanche 8 octobre.

Et pourquoi pas le faire le samedi 7 octobre pour profiter des activités ? Au programme de cette journée festive et gratuite : Opération « Meuse propre », animations, spectacle « Waterplouf », balade guidée, concert dans le lit du fleuve éclairé aux bougies, stands découverte dont un stand du Confluent des savoirs consacré au projet DIADeM de Patrick Kestemont.
Inscription souhaitée au 081/77.67.32 ou contact@crhm.be Plus d’infos

Bonne découverte et n’oubliez pas vos bottes !

Vidéo : 20 km de Bruxelles 2017 Gratte asbl

Voici une vidéo réalisée pour l’asbl Gratte : tournage et montage.

Vidéo : Fête de l’été champêtre de l’asbl Gratte

Vidéo : séjour à la mer Gratte asbl

Voici une vidéo que j’ai montée pour l’asbl Gratte.

Dans les oreilles de mon père : Félix Leclerc

Félix_Leclerc

Mon père, Paul Huysegoms, est né en 1945. A cette époque, une bonne manière de découvrir le monde était de se rendre à l’Expo 58. C’est lors de ses fréquentes visites que mon père, enfant, a écouté pour la première fois le chanteur Félix Leclerc.

Une vitrine où chaque pays montrait ce qu’il avait de meilleur

L’expo 58 était un lieu où mon père et sa famille appréciaient se rendre. Vu l’enthousiasme des enfants, les parents avaient opté pour un abonnement. Paul, 13 ans, s’y rendait donc toutes les deux semaines, parfois même toutes les semaines, en famille.

Tout n’était pas rose

L’expo 58 s’est tenue du 17 avril au  sur le plateau du Heysel. Ce joyau de la Belgique attira près de 42 millions de visiteurs. Mais parmi les merveilles exposées, “il y avait aussi de la manipulation“, me raconte mon père. “Dans le pavillon congolais par exemple, on pouvait voir des filles congolaises tisser des paniers alors que les conditions de vie de ces personnes étaient tout autre.“, me confie mon père, 72 ans aujourd’hui.

La découverte de pavillon canadien

Bien installé sur le canapé de mon salon, avec comme fond musical des chansons de Félix Leclerc, mon père poursuit et me livre ses souvenirs. Pour lui, le pavillon canadien était le plus intéressant.

« Une des images qui me reste, c’est un documentaire sur l’abattage des arbres et leurs transports par voie fluviale. Le fleuve conduisait les troncs de bouleaux tout seuls. Ils faisaient leur petit voyage, certains attachés les uns aux autres. »

Mon père a aussi vu des films expérimentaux comme « les chaises » de Mack Sennett. A l’époque, ce dernier était appelé « The king of comedy » (« Le roi de la comédie »).

« C’était surréaliste et cela touchait mon âme d’enfant ».

(ndlr. : il faut encore que je retrouve cette vidéo sur Internet)

Le coup de foudre avec Félix Leclerc, chanteur canadien

C’est au cœur de ce même pavillon que mon papa a découvert un chanteur canadien, Félix Leclerc. Ce chanteur ne le quittera plus jamais. « C’est le Brassens du Québec ! », conclut mon père.

Tu veux découvrir le monde ? Viens à Bruxelles !

Aujourd’hui, en 2018, si on désire découvrir le monde, rien n’a vraiment changé. En effet, il n’est pas obligatoire de voyager loin. A Bruxelles par exemple, il y a une multitude de nationalités. Et autant d’événements culturels pouvant faire office de passerelles entre les richesses des uns et des autres pays et des personnes.

Partager une chanson que l’on aime à quelqu’un, c’est à mon sens déjà une forme d’ouverture et de partage. Merci papa.

 

Claire Huysegoms

 

 

 

Vidéo : ski 2016 avec l’asbl Gratte

Voici une vidéo que j’ai tournée et montée pour l’asbl Gratte.

Vidéo : Etonnante Bosnie-Herzégovine – parcours d’une semaine

Voici une proposition de parcours en Bosnie-Herzégovine pour les amateurs tant de sports que de culture : l’étonnement est en tout cas au rendez-vous.

Durant l’été 2016, grâce à l’asbl Gratte qui propose à de jeunes adultes en situation de handicap mental et à de jeunes adultes valides de se rencontrer autour d’activités de loisirs, j’ai découvert un magnifique pays, à seulement 4h d’avion de Bruxelles.

Jour 1 : Sarajevo

Les murs criblés de balles ne vous laisseront pas indifférents. Les traces de la guerre 1992 sont en effet visibles à chaque coin de rue. Pourtant, une atmosphère paisible et vivante à la fois règne à Sarajevo. Ici, les terrasses fleurissent autour d’églises, mosquées et échoppes colorées. A faire : visiter le musée de la ville de Sarajevo qui retrace l’histoire de la ville ; depuis l’une des cinq collines encerclant la capitale, admirer Sarajevo et enfin, se balader sans compter.

Jour 2 : Konjic

A 50 km au sud de Sarajevo, Konjic ravira les amateurs de grand air et de sensations fortes. Visit Konjic propose, outre des circuits en VTT et des randonnées, des sorties inoubliables en rafting dans la rivière Neretva. Nul besoin de condition sportive particulière pour embarquer dans l’aventure. Les accompagnateurs d’une gentillesse propre aux habitants de Bosnie sont professionnels du début jusqu’à la fin.

Jour 3 et 4 : Mostar

Un peu plus au sud, Mostar vous ravira par sa richesse historique et sa beauté. Après la guerre de 1992 et avec l’aide de l’UNESCO, le Vieux Pont, symbole de la ville, a été reconstruit et de nombreux édifices ont été rebâtis ou restaurés. Le Quartier du Vieux Pont d’où plongent les plus téméraires regorge de petits restaurants très agréables et bon marché, comme presque partout en Bosnie.

Jour 5 et 6 : Sutjeska

Le Parc National de Sutjeska est un des plus beaux et le plus ancien du pays. Vous y découvrirez les chutes majestueuses de Skakavac, de nombreuses randonnées balisées, des monuments relatifs à la Seconde Guerre Mondiale, et si vous avez de la chance, des ours et des loups. Pour le logement, je vous conseille vivement le Rafting Center-Camp “Tri vodenice”, un petit coin de paradis !

“Main dans la main” : la néorésistance suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015

Comme beaucoup de jeunes citoyens, suite aux attentats du 13 novembre à Paris, je suis choquée et passe du temps à observer les médias et particulièrement les réseaux sociaux pour tenter de comprendre ce que notre société est en train de traverser. Et quand une info me parait novatrice et positive telle que celle-ci, je la partage… 

Là, il va falloir lutter tous ensemble, résister tous ensemble, s’occuper de notre jeunesse, de toutes les jeunesses. (Vincent Cespedes, philosophe).

Cette semaine, au lendemain des attentats de Paris du 13 novembre, des jeunes invitent à se tenir par la main, ce vendredi 20 novembre, à 21h20 et à ensuite partager une photo de ce moment sur leurs réseaux sociaux. Cet exemple d’appel à l’action positive avec les moyens ultra perfectionnés du bord – les réseaux sociaux – se répand chez les jeunes et porte même un nom : la néorésistance.

De nos jours, nous sommes en effet tous des communicants potentiels. Grâce à Périscope, Instagram, Facebook, Twitter et toute la panoplie de réseaux sociaux, nous pouvons diffuser des infos de manière efficace, rapide et faire ainsi passer des messages forts.

C’est Vincent Cespedes qui a donné un nom – “la néorésistance” – à cette prise de conscience de la part de la nouvelle génération. Pour le philosophe, nous entrons dans une nouvelle ère, celle où la jeunesse utilisera de plus en plus la force des réseaux sociaux en tant qu’outil puissant, en tant qu’arme de résistance.

Néorésistance” : partir d’un mot nouveau, toujours nouveau, pour créer un work-in-progress participatif, une philosophie opératoire, enthousiasmante et infinie où les jeunes auraient droit de pensée, et tous les citoyens, droit de cité. (Vincent Cespedes sur sa Page Facebook)

Nous devons entrer dans une nouvelle forme de résistance. Une résistance que les jeunes doivent prendre à bras-le-corps, quelles que soient leurs idéologies. (Vincent Cespedes).

N’hésitez pas à partager cette information et à participer à l’action #maindanslamain ce vendredi 20 novembre à 21h20. Pour clôturer, voici une petite chanson rédigée par Cali.

« On ne se connaît pas bien
Mais ce soir on sait
On ne se lâchera pas la main
On regarde dans la même direction »

PLUS D’INFOS :

Voici l’article “Face à l’horreur, la “néorésistance” de Vincent Cespedes

Découvrez aussi l’appel à la résistance de la philosophe Elsa Godart

L’événement Main dans la main sur Facebook

Le groupe public Facebook #neoresistance

8 astuces pour gagner du temps

Récemment, on m’a demandé comment je faisais pour gagner du temps. Cela m’a donné l’envie de vous partager quelques trucs et astuces ici. Bien que je ne sois pas une pro de l’organisation, je travaille dur pour tendre vers cet objectif. 

1. Attaquer la tâche la plus importante en premier

Afin de ne plus y penser, un premier conseil : commencez vos journées par la tâche la plus importante. Que cela soit rédiger un document, faire la présentation « machin » ou n’importe quelle tâche un peu « désagréable » et importante : faites-la le matin et la plus importante d’abord. De cette manière, votre cerveau est libéré et davantage disponible pour le reste de votre journée. Cette technique est intitulée « Eat the frog in the morning ».

2. Une boite email anti-stress pour gagner du temps

Tous les jours, je reçois environ 150 mails. Afin de rester zen, voici un truc très simple : dès que j’en vois un, je le gère tout de suite, comme un jeu ! Aux premiers abords, cette méthode a l’air complexe, mais en réalité, c’est un précieux gain de temps :

  • Au préalable, créez deux dossiers
    1. « 01 A traiter » : vous y mettrez les mails non lus car vous n’en avez pas le temps maintenant.
    2. « 02 A suivre » : vous y mettrez les mails que vous avez envoyés nécessitant un suivi. Dans votre mail envoyé, vous aurez pris le soin de vous mettre en copie cachée (cci).
  • Dès qu’un mail apparaît, le jeu commence, vous avez 3 choix :
    1. Pas d’intérêt : Poubelle
    2. Trop long, pas le temps maintenant, etc. : « 01 A traiter »
    3. Intérêt et vous êtes dispo : vous répondez ET vous vous mettez en cci. Puis, placez l’email initial dans votre corbeille. Le mail où vous êtes en cci vous reviendra dans votre boite, glissez-le ensuite vers le dossier« 02 A suivre ».
  • Résultat : votre boite mail est épurée.
  • Gestion au quotidien : quand vous le désirez, vous gérez, à votre rythme, les deux dossiers.

Si vous avez beaucoup de mails dans votre boite, la première fois, cela vous prendra un peu de temps. Mais ensuite, ça ira vite et vous verrez la différence.

3. Modifier ses messages automatiques sur iPhone

Décrocher à temps relève parfois du défi, surtout si vous êtes occupé sur une autre ligne ou si la bête est dans le fond de votre sac. S’en suit quelque chose d’encore plus « excessivement énervant » si vous n’avez pas le temps de l’écouter et de noter les infos : recevoir un message vocal. Pour éviter cela : personnalisez vos sms automatiques. Autrement dit, invitez la personne qui tente de vous appeler à vous envoyer un sms. De cette manière, si vous êtes en réunion, vous êtes au courant du sujet et du niveau d’urgence. Libre à vous ensuite de quitter la pièce si nécessaire afin de réagir. Et si c’est une info moins urgente, vous l’avez sous la main, par écrit et pouvez rappeler plus tard : vous gagnez du temps. Pour la modification :Réglages > Téléphone > Répondre par message.

4. Limiter la charge de travail

Une des clés de l’organisation est de mettre des limites, de poser un cadre pour les tâches que l’on réalise. En fonction des métiers et de l’aménagement du travail, ce n’est pas toujours facile, mais c’est indispensable. En effet, nous avons tous des ressources en énergie et en temps, mais elles sont limitées. Se mettre sur le dos des challenges et deadlines impossibles à réaliser est source de stress. Aussi, je vous conseille aussi de l’éviter, autant que faire se peut. Cela passe par le dialogue avec les gens concernés, l’exposé des faits, de la liste des choses que vous réalisez déjà et du manque de temps pour accepter la nouvelle tâche/projet en question. Si vous ne le dites pas, personne ne peut le deviner.

5. Rester concentrée

Travailler en open-space peut se révéler contre-productif. Afin que votre temps de travail puisse livrer de beaux résultats, n’hésitez pas à signaler à vos collègues s’ils peuvent ou non vous déranger. Faites-le aimablement, en demandant par exemple « Est-ce urgent ? Car je suis occupé. ». Le message passe généralement très bien. Cela permet ainsi de rester concentré sur ce que vous faites. Car votre cerveau, comme tous les autres, nécessite environ 20 minutes avant de se retrouver en state of flow. C’est seulement à cet instant que vous pourrez travailler efficacement. Par ailleurs, cela créera des moments davantage qualitatifs avec vos collègues. Bref, vous gagnez du temps.

6. Prévoir des moments « OFF des réseaux sociaux »

Ne pas être tout le temps les yeux rivés sur les réseaux sociaux est primordial pour gagner du temps. Lorsqu’on travaille sur une autre tâche, il vaut mieux se couper de Facebook, Twitter and co. Pour y arriver, mettez en sourdine vos notifications smartphone pour ces canaux et fermez toutes vos fenêtres d’ordinateur, sauf celles dont vous avez besoin pour la tâche du moment. Un gain de temps énorme !

7. Anticiper pour gagner du temps

Lorsque c’est possible, essayez d’anticiper au maximum les projets. De cette manière, il vous reste de l’espace pour les imprévus. Pour cela, je vous invite à utiliser un outil de gestion de projet. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble et parallèlement de pouvoir connaître les détails et délais de chaque projet, tâche, bug, etc. Actuellement, Moxtra répond à mes besoins. Voici une liste d’outils.

8. Des mémos et listes to do

Pour finir, le B.A.-ba pour gagner du temps : noter les choses à faire et vos idées. Chacun a ses propres techniques et le web regorge de solutions. Actuellement, j’utilise Wunderlist. Sur mon ordinateur ou sur mobile, je peux éditer et consulter mes listes et les partager, n’importe où et n’importe quand. Fini les carnets, post-it et autres objets qui ont tendance à se volatiliser. Tout est dans le cloud : un vrai soulagement !

Voix-off : Pourquoi venir à la Fête des Solidarités ?

Petit reportage lors de la troisième édition de La Fête des Solidarités organisée par Solidaris.

Voix-off : Gagnants des Tremplins des Solidarités 2015 : Okapi & The Architects

Interview des gagnants des Tremplins des Solidarités 2015 lors de La Fête des Solidarités à la Citadelle de Namur.

Voix Off : Les Pourquoi du Lundi

Dans le cadre de la mise en valeur de La Fête des Solidarités, un événement Solidaris, j’ai posé ma voix sur des capsules vidéos.

Dès le lundi 22/06/2015, la page facebook des Solidarités s’est illustrée chaque semaine par un film d’animation expliquant les choix stratégiques et l’identité particulière de cette Fête.

Voix off : Thermomètre Solidaris

thermometre solidaris

Dans le cadre de ma fonction de porte-parole chez Solidaris, j’ai eu l’occasion de réaliser la voix-off d’une série de capsules vidéo. En quelques minutes, il fallait que ces vidéos résument des études intitulée “Les Thermomètres Solidaris”.

Première vidéo, mai 2015 : “Que vivent les 18-30 ans?”

Deuxième vidéo, octobre 2015 : “Que vivent les retraité(es) récents ?”

 

Voix-off : Passages JT – Solidaris

claire huysegoms rtl

Dans le cadre de ma fonction de porte-parole de la mutualité Solidaris, les rédactions des JT de la RTBF et de RTL-TVI m’ont interviewé. Voici quelques passages :

15 OCTOBRE 2015

Vos visites chez le médecin, chez le pharmacien et les remboursements de votre mutuelle. Tout ça va changer dans les années qui viennent. Plus de prescription, d’attestation ni d’ordonnance sur papier. Tout sera bientôt numérique. Vos données médicales seront aussi accessibles à tous les professionnels de la santé.


La fin des prescriptions et attestations médicales sur papier, c’est pour bientôt !

18 MAI 2015

JT RTBF – Sujet : Faut-il taxer les sodas ?
Ouverture du JT. J’y explique une recommandation de Solidaris : baisser la TVA sur les produits sains, comme les fruits et les légumes. Ce sujet a été rediffusé tel quel au JT du soir à 19h.

JT RTBF “Le 15 minutes” : Sujet : faut-il taxer les sodas ?
Le sujet est remanié, j’y parle cette fois aussi des responsabilités du gouvernement. Il est urgent de viser une alimentation saine accessible à tous. Ce passage, plus long donc, a été rediffusé encore plus tard, au 12 minutes.

16 MAI 2015

Gardes à domicile : Solidaris plaide pour une régulation de la profession. J’ai dénoncé avec force les agissements de certaines entreprises qui s’apparentent à de la traite d’êtres humains. Le métier de garde à domicile doit être reconnu et encadré.


RTL INFO 19H (16 mai 2015)

Voix-off : RTL-TVI – pour ou contre une taxe sur la malbouffe ? Claire Huysegoms vs Anne Reul

claire-huysegoms-solidaris-rtl-tvi-malbouffe

Voix-off : Passages radio – Solidaris

Voici quelques-unes de mes interventions à la radio en tant que porte-parole de Solidaris.

Claire Huysegoms