Facebook et sa fonctionnalité “Explore” : un vent de panique et des pistes de solutions

facebook explore analyse claire huysegoms
Partager

Facebook prévoirait encore de changer nos petites habitudes d’accès aux informations. Le géant des réseaux sociaux est en train de tester “Explore” dans différents pays. Si cette fonction sera activée, les propriétaires de pages Facebook devront débourser pour simplement apparaître dans le quotidien des utilisateurs. Et tant pis pour les autres. Petite analyse et conseils. 

Actuellement, la plupart des flux d’actu sur Facebook ressemblent à un agglomérat de pubs, de posts de pages, de propositions d’événements, d’humeur/photos de plats #sohealthy de vos amis et bien entendu… d’adorables bouilles de bébés 🙂

La nouvelle fonctionnalité de Facebook en test : “Explore”

Cela ne va peut-être plus durer. Facebook teste actuellement dans différents pays tels que le Sri Lanka, la Bolivie, la Slovaquie, la Serbie, le Guatemala et le Cambodge une nouvelle manière d’organiser les infos. Celles venant de nos amis et de notre famille seront cantonnées à un endroit bien distinct du reste. Seuls les médias/organismes ayant les moyens pourront y faire une apparition très précieuse pour atteindre leurs objectifs.

Les propriétaires de Pages devront en effet payer pour que leurs posts s’affichent dans le fil d’actu principal de ceux qui les suivent déjà. Ce flux deviendra the place to be. Car c’est celui où les utilisateurs passent la plupart du temps quand ils sont connectés à Facebook.

Cette audience – Facebook l’a bien compris depuis longtemps – est une source miraculeuse de revenus. Si cette nouvelle fonctionnalité sera activée dans notre pays, atteindre cette audience deviendra automatiquement payant pour les publicitaires.

La loi du plus riche

En parallèle, dans l’espace “Explore”, qui existe déjà en réalité, vous serez invité à explorer plus loin que ce que vos amis publient. C’est là que vous pourrez accéder à toutes les actus des pages que vous suivez par exemple. Et pour les marques qui communiquent aussi via des pages mais qui n’ont pas les moyens de payer Facebook pour chaque post, c’est donc là qu’elle se retrouveront.

Pas d’argent ? Hors du flux principal s’il-vous-plaît ! Allez hop, va dans Explore petit pauvre 🙂

Résultats des tests : le reach dégringole

Un bon reach, (l’engagement) c’est un peu le graal de tout community manager. Cette donnée suivie de près représente le nombre d’internautes ayant vu la publication sur leur fil d’actualité. Le reach peut être de deux natures :

  • organique si la marque ne passe pas un format publicitaire payant, si l’audience se crée naturellement
  • payant si des publicités ont été créées pour augmenter l’audience

En Slovaquie, après avoir installé la nouvelle fonctionnalité, le reach des grands médias a été divisé par quatre ! Je vous laisse deviner la panique qui a suivie pour tous les médias… 

Conseil : diversifiez votre communication !

En tant que marque, association, personne publique, média, etc. : être sur Facebook est indispensable. Mais vu l’appétit grandissant de Mark Zuckerberg et de ses potes, outre mettre de l’argent de côté, il vaut mieux aussi veiller à diversifier sa communication.

Soigner son image, fidéliser vos cibles, atteindre vos objectifs peut se faire via d’autres moyens que Facebook. Voici quelques autres pistes :

  • Etre présent sur les autres réseaux sociaux qui comptent : Instagram, Twitter, LinkedIn et Snapchat
  • Alimenter un site Internet agréable et complet, penser au mobile
  • S’assurer une bonne place dans Google Search via un bon référencement
  • Réaliser des publicités sur Google
  • Proposer une agréable newsletter
  • Être présents dans les médias classiques : tv, radio, presse écrite
  • Réaliser des spots radios
  • Organiser des événements, des rencontres
  • Faire du placement de produits dans des émissions, des films, etc.

Bref, ne pas tout miser sur Facebook et être créatif ! Si vous avez des questions ou commentaires, n’hésitez pas !

Plus d’infos :

Facebook prend un virage qui inquiète les médias

Clarifying Recent Tests

Facebook explores, publishers panic


Partager

Commentaires

commentaires